Publié le 13 novembre 2023
Suite au discours du 13 avril dernier de Monsieur Ali Aoun, ministre de l’Industrie et de la Production Pharmaceutique, devant les parlementaires concernant le foncier et les zones industrielles, je voudrai tout d’abord saluer ici son dynamisme pour la relance de ce secteur et exprimer ma satisfaction de voir les choses bouger pour l’émergence d’une vision stratégique du développement économique de notre cher pays.

En tant que Consultant international en investissement Industriel, je vous informe qu’il y a des milliers d’investisseurs Algériens, de la Diaspora et des étrangers ( IDE) qui veulent produire en Algérie, il reste bien sûr le souci de l’octroi du foncier industriel.

Une question se pose ici : Vu qu’il n’y a pas 100 000 lots de terrains ? Qui peut avoir un terrain ? La réponse est que logiquement, il y aura des sélections !!! Seconde question : Est ce que l’octroi d’un foncier nécessite un test / un concours / une sélection ?

Logiquement, c’est non car tout investisseur peut contribuer à l’essor du développement économique de notre pays, en générant richesse et emplois et tout en créant des complémentarités à travers l’encouragement de la sous-traitance.
Est ce qu’ailleurs, à travers le monde, on sélectionne les investisseurs ??? De toute évidence non.
L’investisseur doit, en effet, être maître à bord. C’est lui qui juge si son projet est fiable / rentable ou pas car ce sont ses moyens financiers et c’est son courage d’entreprendre qui sont sollicités afin de contribuer à la création d’emplois et de richesses.

De ce fait, je considère que l’unique solution pour encourager l’investissement pour tout investisseurs, qu’ils soient algériens , ou étrangers (nos compatriotes issus de la Diaspora et les IDE), c’est d’opter rapidement pour la construction des zones industrielles clés en mains avec hangars prêts pour la location et paiement mensuel du loyer comme partout dans le monde afin qu’on puisse gagner énormément de temps et que l’investisseur puisse juste placer ses machines ou lignes de production et commencer de suite la production. Cette levée de tout obstacle ou discrimination va générer des centaines de milliers, voir des millions d’emplois, et garantir une croissance économique rapide pour avoir une économie et une monnaie forte.Libérer l’acte d’investir peut permettre la création rapide de 1 million de PME-PMI, et générer au minimum 5 millions d’emplois.

Cette vision stratégique à court terme va nous permettre d’exporter pour plus que 15 milliards USD par an hors hydrocarbures et réduire l’importation de plus de 10 milliards USD par an.Le facteur TEMPS est très important pour l’évolution économique de notre cher Pays. Ne diton pas « Time is Money/ Zeit ist Geld » Mes conseils, mes analyses et recommandations pour aller plus vite, sans perdre de TEMPS et agir avec plus d’efficience pour le développement de notre cher pays peuvent garantir une croissance économique à 2 chiffres vu que le potentiel existe et que les opportunités dans le cadre du libre échange avec le client continent africain ouvrent un marché de 1,5 milliard de consommateurs.

Adopter une vision stratégique à court et moyen terme En tant qu’Algero-Allemand , Consultant international en Investissement industriel , ma vision stratégique à court et moyen terme afin d’avoir une économie forte et une monnaie forte peut être synthétisé à travers les axes suivants :

  1. Commencer par donner une grande importance au facteur TEMPS.
  2. Commencer par inculquer la culture de l’importance du facteur TEMPS afin de pouvoir rattraper divers retards surtout sur le domaine de l’investissement pour garantir une croissance économique à 2 chiffres tout en ayant une vision stratégique à court terme afin d’avoir une économie forte et une monnaie forte.
  3. Mettre en application de suite sur le terrain la nouvelle loi sur l’investissement.
  4. Engager des réformes bancaires pour enclencher une dynamique de croissance économique qui va propulser l’émergence rapide de l’Algérie.
  5. Amender la loi sur la monnaie et le crédit afin de réguler les dérives intérieures et extérieures de l’économie grise ( l’économie informelle) tout en trouvant une solution radicale pour le marché parallèle de la devise afin de mettre fin au transfert illicite et à la surfacturation.
  6. Adopter une Vision stratégique dans la formation professionnelle pour inculquer la culture et l’amour du travail afin d’avoir la productivité, la qualité, l’efficience et la performance. Une alliance avec l’Allemagne dans la formation professionnelle va consolider et mettre en valeur le MADE IN ALGERIA et devenir comme le Made in Germany. Faire appel aux Formateurs Allemands et Italiens pour former nos formateurs Algériens et une partie de notre jeunesse afin de leurs inculquer l’Amour du travail pour le bien faire, garantir la productivité, la qualité, l’efficience et la performance.
  7. Intensifier et faciliter au maximum l’investissement dans l’agroalimentaire et se focaliser sur les produits avec le label Hallal Algérie . Exporter pour un minimum de 5 milliard euros par an est possible, car en Europe on consomme pour 30 milliard d’euros par an en produits Hallal.
  8. Encourager la culture du coton pour le développement de l’industrie textile.
  9. Produire chez nous tous les aliments de bétails et encourager l’aquaculture.
  10. Garantir la sécurité alimentaire et mettre fin à l’importation des céréales et le lait. Il est primordial de produire localement le lait, toutes les céréales, et les légumes secs
  11. Encourager la production locale de tous les Polymères à base du pétrole et gaz (PET , PP, PEHD, PU, Résine, EPS Polyester etc. ).
  12. Produire en Algérie la tôle Inox ( Stainless Steel ) qui génère une très forte valeur ajoutée , la production de l’Aluminium et différents alliages ferreux.
  13. Développer les industries minières: l’extraction du marbre , le cuivre , le phosphate, le silicium et autres minéraux.
  14. Ouvrir rapidement des bureaux de conseils en Investissement dans plusieurs villes importantes à l’étranger pour conseilles et orienter les investisseurs étrangers ( IDE et la Diaspora ).
  15. Être présent en tant qu’exposants dans toutes les foires et salons importants à l’étranger tout avec représentants qui maîtrisent très bien l’anglais et autres langues afin d’attirer le maximum d’IDE et de clients.
  16. Initier les jeunes dès le lycée aux opportunités de l’entreprenariat.

Par Mohamed Sayoud : Algéro-Allemand, Consultant International en investissement Industriel CEO de Sarl Invest Design Consulting

Pour sa deuxième édition, le Salon IMLAB ne devrait pas décevoir ses visiteurs. Une organisation plus rigoureuse, une augmentation significative du nombre d'exposants, un programme d'animation plus riche rehaussé par la présence d'éminents experts nationaux et étrangers, la manifestation a tous les attraits pour séduire. Dans le présent entretien, Mme Yasmine Chaouche, Directrice du Salon IMLAB, nous explique que les préparatifs de cette deuxième édition ont été intenses et passionnants et que son ambition est de créer une platef orme annuelle privilégiée où les professionnels de la santé, particulièrement les professionnels du diagnostic, peuvent se rencontrer, partager des connaissances, explorer les dernières innovations et établir des partenariats fructueux. Un pari en passe d'être tenu.

Avec l’édition 2023, le SIMEM couronne un parcours de 25 ans. Dans le présent entretien, M. Mustapha Chaouche, fondateur du Salon, nous livre le secret du succès au long cours de cette manifestation : une équipe qui travaille d’arrache pied, une organisation sans faille, et plus récemment le recours aux leviers du marketing digital.

Bâtir l’avenir de la construction, c’est autour de cette grande ambition qu’est née l’idée de l’organisation du Salon BATIMEX. Mettre en valeur l’innovation et la diversité des produits du secteur du bâtiment, mais aussi favoriser l’émergence de nouvelles synergies entre les différents acteurs et partenaires, BATIMEX, c’est tout cela. Son succès grandissant, tant auprès des professionnels que de simples citoyens, est le fruit d’un travail rigoureux d’organisation. Dans le présent entretien, M. Nadir Filali, Directeur du Salon BATIMEX, réaffirme sa ferme volonté de faire de cet événement le rendez-vous annuel et incontournable des professionnels du bâtiment.