Publié le février 12, 2024
Pour sa dix-huitième édition, le Siphal a opté pour un thème au cœur de l’actualité nationale en interrogeant les enjeux de l’Internationalisation de l’Industrie Pharmaceutique Algérienne. Partant du constat de la forte croissance enregistrée par ce secteur au cours des dernières années et de sa contribution à la couverture de la demande locale, il apparait aujourd’hui que l’industrie pharmaceutique a de sérieux atouts pour partir à la conquête des marchés régionaux notamment africains. Dans le présent entretien, M. Yacine Louber, Directeur du SIPHAL, nous confirme que l’Algérie peut être un hub pour la production et la distribution de produits pharmaceutiques et que le Siphal à travers une animation spécialement dédiée veut aussi contribuer à relever le défi de l’exportation.

Depuis Le 18e Salon International de la Pharmacie en Algérie a choisi de mettre l’accent sur « Les enjeux de l’Internationalisation de l’Industrie Pharmaceutique Algérienne». Pourquoi le choix de cette thématique pour cette édition 2024 ?

Le thème a été choisi pour se donner la possibilité de mettre en perspective les efforts déployés par les autorités compétentes tant pour promouvoir le singulier modèle algérien sur les plans régionaux et continentaux mais également pour soutenir les efforts d’exportation des opérateurs locaux vers de nouveaux marchés. Pour rappel, en 2022, l’Algérie était le troisième marché africain et se plaçait à la 1ère place des dépenses pharmaceutiques per capita.

L’essor de l’industrie pharmaceutique algérienne bénéficie aujourd’hui du fort soutien et des encouragements des pouvoirs publics. En tant qu’organisateur du SIPHAL, pensez-vous que l’Algérie réunit aujourd’hui les atouts d’un marché à forte attractivité susceptible de capter l’intérêt des investisseurs nationaux et étrangers et qu’elle peut devenir dans un avenir proche un acteur important pour l’exportation des médicaments ?

Le marché pharmaceutique algérien a connu une croissance record entre 2021 et 2022 due à l’exceptionnelle situation sanitaire mondiale ce qui lui a permis de couvrir une grande partie de ses besoins locaux mais aussi de générer des excédents pour certains produits. Le secteur peut prétendre à l’exportation avec comme cible potentielle l’Afrique et dans la continuité immédiate, le Moyen-Orient, l’Asie et l’Europe.

A rappeler avant cela que la période s’étalant de 2019 à 2022 aura été marquée par la réalisation de solides performances par les laboratoires pharmaceutiques locaux tant les producteurs de génériques que les fabricants de princeps. Dans le prolongement de ce constat, il est possible de dire que l’Algérie peut et doit penser au développement d’un hub pour la production et la distribution de produits pharmaceutiques vers l’Afrique mais aussi d’être une offre alternative de production pour d’autres marchés, occidentaux notamment, et encourager ainsi à terme plus de joint-ventures. Capter l’innovation en termes de bioéquivalence est aussi une manière d’internationaliser notre industrie.

Concernant le volet animation du salon, quels seront les événements marquants de cette 18e édition ?

Tout d’abord et afin de proposer un programme utile à tous les visiteurs et acteurs du secteur, le Siphal a mobilisé des experts qui dresseront des panoramas pharmaceutiques régionaux et continentaux à même d’éclairer les industriels désireux de s’essayer au challenge de l’exportation. Le moment phare sera la présentation, par une agence internationale de monitoring (IQVIA exIMS), du catalogue des potentialités de notre jeune industrie et des opportunités qui se présentent à elle.

Ensuite, appelons cela une animation, les visiteurs téléchargeront une application dédiée pour consulter le programme, avoir des notifications à chaque début de communication et pouvoir poser des questions en direct aux orateurs sans oublier la possibilité de découvrir des informations dans le détail sur les exposants.

Toujours au sujet de l’organisation du salon, pouvez-vous nous dire un mot concernant la place qu’occupe Siphal TV dans la médiatisation de l’événement et les missions qui lui sont assignées ?

Le plateau télé du salon est l’animation principale depuis l’année de son lancement. La diffusion des conférences se fait via des écrans géants sur l’ensemble du pavillon central et sont également retransmises en direct sur Facebook.

Une chaine Youtube regroupe l’ensemble des conférences produites et diffusées dans des conditions professionnelles car nous considérons depuis le tout début de cette aventure que la SIPHAL-TV doit demeurer un lieu d’échanges, de pédagogie et ambitionne de contribuer à l’arsenal des supports entrants dans les démarches de formation continue de tout professionnel de santé qui a à cœur de maintenir son niveau de savoir. Ce média entretien donc l’image du salon entre deux éditions.

Magazine Qui Fait Quoi

Avec l’édition 2023, le SIMEM couronne un parcours de 25 ans. Dans le présent entretien, M. Mustapha Chaouche, fondateur du Salon, nous livre le secret du succès au long cours de cette manifestation : une équipe qui travaille d’arrache pied, une organisation sans faille, et plus récemment le recours aux leviers du marketing digital.

Pour sa deuxième édition, le Salon IMLAB ne devrait pas décevoir ses visiteurs. Une organisation plus rigoureuse, une augmentation significative du nombre d'exposants, un programme d'animation plus riche rehaussé par la présence d'éminents experts nationaux et étrangers, la manifestation a tous les attraits pour séduire. Dans le présent entretien, Mme Yasmine Chaouche, Directrice du Salon IMLAB, nous explique que les préparatifs de cette deuxième édition ont été intenses et passionnants et que son ambition est de créer une platef orme annuelle privilégiée où les professionnels de la santé, particulièrement les professionnels du diagnostic, peuvent se rencontrer, partager des connaissances, explorer les dernières innovations et établir des partenariats fructueux. Un pari en passe d'être tenu.

Dans l’agenda des grandes manifestations économiques, BATIMATEC , le salon International du Bâtiment, des Matériaux de Construction et des Travaux Publics,  se classe indéniablement au rang des évènements les plus prestigieux. Après 25 ans d’existence, le salon continue à susciter l’intérêt et l’engouement des participants (exposants de renom et visiteurs professionnels). Cette notoriété, qui ne se dément pas, est imputable pour une large part au professionnalisme des organisateurs. Dans le présent entretien, Mme Daouia Kouadria, DGA de BATIMATEC, nous livre les secrets d’un succès au long cours.